Gestion responsable du carbone

Nous réalisons pleinement le lien direct qui existe entre la gestion du carbone et les changements climatiques.

Réduction de la consommation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre

Nous visons à réduire la consommation de combustibles fossiles dans nos installations de fabrication et à favoriser le recours aux énergies vertes. En nous tournant vers des énergies vertes et renouvelables et en modernisant nos installations, nous avons sensiblement réduit notre consommation de combustibles fossiles et nos émissions de gaz à effet de serre au cours des dernières années. Deux de ces exemples remarquables se sont matérialisés en 2012 :

  • À notre scierie de Béarn au Québec, une nouvelle chaudière à biomasse brûle l’écorce et fournit l’énergie nécessaire pour faire fonctionner deux séchoirs à bois et chauffer les bâtiments sur le complexe. Il remplace deux séchoirs à l’huile, ce qui réduit l’utilisation de combustibles fossiles et les émissions de gaz à effets de serre de la scierie de 88 %.
  • À notre usine de cellulose de spécialités de Tartas en France, une nouvelle turbine alimentée par une chaudière à biomasse produit de l’énergie verte et de la vapeur qui est utilisée en fabrication. Le nouvel équipement a aussi permis de réduire les émissions de dioxyde de carbone.

Traitement anaérobie des effluents

L’une de nos priorités est de trouver des moyens novateurs de valoriser les déchets. Tembec exploite des usines de traitement anaérobie des effluents à ses complexes de production à Témiscaming et à Matane au Québec ainsi qu’à Tartas en France.

Le traitement anaérobie des effluents innove par rapport au traditionnel traitement biologique. Ce procédé permet de retirer des effluents les polluants organiques et de les transformer en biocarburants sous l’action de microorganismes anaérobies. 

En voici les avantages.

1.  Réduction de la consommation énergétique 

Le traitement anaérobie consomme sensiblement moins d’énergie que le procédé aérobie traditionnel parce que la décomposition microbienne des matières organiques contenues dans les effluents n’exige pas un processus d’aération (oxygène). 

2.  Production de biocarburants

Le procédé aérobie traditionnel produit du gaz carbonique (CO2). Les microorganismes anaérobies transforment en méthane (CH4). les matières organiques dissoutes Ce gaz peut ensuite être utilisé comme carburant dans le procédé de réduction en pâte, remplaçant ainsi le gaz naturel, un combustible fossile. 

3.  Réduction du volume de boues activées

Le procédé aérobie traditionnel produit des quantités importantes de boues activées. La majeure partie des matières organiques dissoutes se transforment en microorganismes qui finissent par mourir en formant des boues. À l’opposé, le procédé anaérobie produit très peu de boues activées.

Production combinée

La production combinée est un procédé très efficace qui permet de tirer de la chaleur et de l’électricité d’une même source d’énergie. Les installations de production combinée de Tembec produisent de la chaleur par la combustion de biomasse (lessive de pâte, écorces, copeaux, sciure de bois et boues). Cette chaleur est utilisée pour produire la vapeur nécessaire aux procédés de réduction en pâte et de fabrication du papier. La vapeur actionne en outre une turbine afin de produire de l’électricité. Cette électricité verte peut être utilisée par l’installation ou vendue au réseau de distribution public.

En bref, la biomasse remplace les combustibles fossiles et produit de la vapeur écologique et de l’électricité verte.

Tembec exploite quatre usines de production combinée à ses installations de Kapuskasing, Chapleau, Témiscaming et Tartas.

Séquestration du carbone

Le stockage et la séquestration font partie du cycle naturel du carbone. Le carbone est séquestré lorsque le gaz carbonique (CO2) contenu dans l’atmosphère est absorbé par les végétaux puis stocké dans les sols forestiers, les mousses, les arbres et les plantes, jusqu’à ce qu’il soit libéré par un événement naturel comme un incendie de forêt, une infestation d’insectes, une maladie, un âge avancé ou un déracinement sous l’effet du vent. Le bois d’œuvre tiré des forêts aménagées peut être transformé en produits de bois massif (bois débité, lambris, meubles, etc.), auquel cas le carbone stocké y demeure jusqu’à la combustion ou la biodégradation du bois. 

Les jeunes arbres en santé séquestrent le carbone plus rapidement que les vieux arbres, mais ces derniers peuvent stocker plus de carbone que les jeunes arbres. En maintenant la diversité d’une forêt (arbres d’essences et d'âges variés) et en adoptant un mode de gestion favorisant l’exploitation, la régénération naturelle et la préservation de certaines zones, il est possible de maintenir l’équilibre carbonique de la forêt sur une longue période. Les forêts sont des écosystèmes complexes et il faudra encore beaucoup de recherche pour comprendre pleinement leur rôle dans l’atténuation des changements climatiques. 

Parlons sans détour

Chez Tembec, nous abordons les fausses perceptions et les idées répandues qui circulent à propos de nous et des produits forestiers.